mégalithes sidh symboles plénitude spiritualité
techniques extatiques metaphysique celtique



Les Druides et les Mégalithes



LE SIDH

Il est écrit que l’on ne peut comprendre le druidisme indépendamment du celtisme, or cette assertion me semble partiellement exacte. En effet, l’on sait que les Druides n’étaient pas les édificateurs de mégalithes, sans pouvoir prouver que ces derniers n’étaient pas des proto‑druides, détenant de fait la proto‑spiritualité du druidisme. La demeure des dieux des Druides réside dans les mégalithes, et le Sidh, la plénitude que cherchent à accomplir les initiés et qui définit en cela la Voie, se localise soit dans les tertres, soit au fond d’un lac dans un château de lumière, ou bien encore par delà l’océan à l’ouest. Ces faits ajoutés à d’autres points précieux développés dans le livre « Dans la lumière des Druides » démontrent le lien entre la spiritualité des Druides et les édifices de pierres levées et indiquent une origine probablement maritime et occidentale du peuple des mégalithes.

Par ce fait, l’origine moyen‑orientale ou eurasienne des Celtes ne peut seule suffire à entrevoir la métaphysique singulière des Druides. Alors que la temporalité (l’organisation du système social) et l’ancestralité des Celtes seraient d’origine moyen‑orientale ou des alentours de la mer Noire, leur spiritualité semble en fait d’origine occidentale. Sur ces bases, plus complètes, l’on peut se faire une idée explicite de ces mystérieux Druides et découvrir en profondeur leur spiritualité.

Bien avant leur apparition historique indiscutable du premier millénaire avant JC, l’Europe ancienne et en particulier la Gaule n’avait‑elle pas connu la fusion entre la spiritualité mégalithique et le système social néolithique ? Assurément et les découvertes archéologiques en témoignent. L’homme du Néolithique fusionné à l’homme du Mégalithique en Europe Occidentale est‑il autre chose qu’un proto‑druide ?

Ainsi, pour découvrir la lumière des Druides, on ne doit pas seulement tourner son regard vers l’Orient mais également vers l’Occident par delà l’océan à l’ouest où s’illumine la demeure des dieux, le Sidh.



LE PEUPLE DES MEGALITHES

L’époque mégalithique en sa genèse dévoile la construction des premiers édifices architecturaux du monde à caractère funéraire, astronomique, magique et cultuel. Marquée de grandeur et d’esprit, elle connaît l’apparition de l’abstraction symbolique, dont les dessins se retrouvent gravées sur les mégalithes, et se prolonge au sein du Néolithique.

Les signes abstraits et symboliques dominent dans l’art de ce peuple, leurs utilisations pour se relier à l’absolu ne fait aucun doute. Les menhirs représentent parfois des Hermès anciens, c’est‑à‑dire des tables naturelles sur lesquelles se gravaient les signes et les symboles de l’absolu. L’on releva de multiples gravures sur les monuments de pierre, bien souvent les signes gravés évoquent l’énergie par le biais du symbole.

Les structures mégalithiques furent bien souvent construites et orientées en fonction du mouvement des astres, notamment ceux de la Lune et du Soleil. Les pierres et les tumulus n’étaient pas seulement les anciens observatoires des mouvements cosmiques, ils faisaient aussi et surtout office de temples de lumière et constituaient en cela les ancêtres des angélus médiévaux.
Lune et Soleil, annoncés à l’heure indiquée par le prêtre roi des mégalithes, se glissent dans leurs arcs elliptiques entre deux ou plusieurs pierres, à cet instant précis un élargissement rayonné et enchanteur de la source lumineuse donne l’opportunité aux observateurs de bénéficier d’un phosphène naturel des plus intéressants. La pensée d’ordre sacré de l’émerveillé observateur se mélange avec fluidité et féerie à son phosphène angélique, déclenchant en lui de multiples connections cérébrales et états de conscience.
Il semble évident que la lumière tient un rôle de première grandeur quant au rapport de l’homme au sacré.



TRIPLE ORIGINE

Côtoyant les peuples chamaniques du nord de l’Europe, les Celtes auraient incorporé une grande partie de leurs techniques extatiques et de leurs connaissances du monde forestier. Quant à leur spiritualité, elle semble venir de l’ouest, de l’océan Atlantique et de ses mystères.

Triple origine de leurs connaissances, chamanique, atlantéenne et védique ? Triple origine en rapport avec le chamanisme, les mégalithes et la société néolithique ? Difficile de l’affirmer, d’autant que cela parait incroyable, et pourtant si l’on se donne la peine d’étudier l’histoire et ses entrelignes, l’on constate que nombre d’éléments concordants valident cette triple origine de la métaphysique celtique. En tout point nos ancêtres celtes semblent être les hommes de différentes synthèses et démarches de la pensée propres à favoriser l’épanouissement intérieur.

 








L'histoire

Les Druides et
les Mégalithes

La lumière
des Druides


Merlin, le retour aux Sources

L'œuf d'or

roche aux fées


LIENS

Phosphénisme
Chamanisme
Naturophénologie
Éditions du
Lion Ailé
l'histoire la lumière des druides